Madito, Paris 12

A la frontière entre le 11ème et le 12ème arrondissement, rue de Cîteaux, j’ai découvert hier soir un nouveau petit restaurant libanais qui vaut bien le détour ! Une salle sobre en rez-de-chaussée avec une quinzaine de places, des chaises en bois clair et, le soir, une lumière tamisée. A l’étage, une table pouvant accueillir une dizaine de personnes pour un dîner de groupe.

Aux fourneaux, le chef Ahmad El Turk a une devise : pas de congélation de produits et pas de micro-onde. Vous concluez donc que tous vos plats sont concoctés en dernière minutes avec de bons produits frais !

Comme cela fait à peine un mois que ce restaurant a ouvert ses portes, la carte définitive n’est pas encore prête ; il propose des entrées autour de 7 euros, des plats autour de 15 euros, des formules du midi et, surtout un menu « Dégustation » à 27 euros que j’ai eu l’opportunité de tester.

Pour commencer, le chef sert les mezzés :

  • De la labné, fameux fromage blanc libanais onctueux, mélangé avec du thym et de l’huile d’olive ; en le dégustant, j’ai eu, pour un instant, l’impression d’avoir voyagé au Liban 🙂
  • Des feuilles de vigne farcies avec une délicieuse base de riz et tomates, bien juteuses comme à la maison !

img_8131

  • Une magnifique assiette de hommous (purée de pois chiche) décoré de noix de cajou et pistaches et de moutabal (caviar d’aubergine) avec des graines de grenade, bref un plat beau et exquis, des saveurs aussi travaillées que celles qu’on retrouve chez les mamies au Liban !

img_8132

  • Le superbe fattouche, une salade libanaise connue pour son mélange de légumes frais, de pain grillé croquant et de sauce acidulée parfumée au summak, une épice libanaise qui donne un goût unique et sublime à cette salade

img_8133

Une fois les entrées achevées, le chef arrive avec une assiette atypique en France : un mix de manouchés, certains au thym et d’autres au fromage. Pour ceux qui ne le savent pas, la manouché est une sorte de pizza salée libanaise qui peut se déguster à toute heure de la journée en fonction de l’assaisonnement. Ici encore, le goût et la fraîcheur sont au rendez-vous !

img_8135

Place ensuite au plat principal, 4 choix sont proposés parmi lesquels j’ai goûté :

  • Le kafta à l’huile de sésame : une viande mixée avec des oignons et du persil nappée d’une sauce assaisonnée à merveille, un plat que je ne connaissais pas et qui m’a ravie ! Excellente idée d’y avoir ajouté le persil frais et les noix de cajou, un petit plus gourmand ! 🙂

img_8137

  • Le shawarma coupé au couteau, une viande très tendre, assaisonnée d’une sauce fine à l’huile de sésame également (mais pas la même que la précédente, vive l’imagination du chef :)) et d’amandes croquantes !

img_8136

Le fait de servir ces plats dans des cocottes bien chaudes, la viande est à la bonne température et les arômes explosent en bouche !

Il faut savoir que, pris à la carte, ces plats sont servis avec de nombreuses garnitures dont des pommes de terre et du hommous.

Pour finir (eh oui, ce n’était pas encore fini ;)), j’ai eu droit au dessert du jour du chef, une mafrouké : une crème de lait à la fleur d’oranger servie avec une pâte à base de semoule, le tout décoré de fruits secs, un dessert réussi, la cerise sur le gâteau de ce magnifique repas !

img_8138

Ce que j’ai préféré : la cuisine recherchée avec des produits de qualité, le voyage au Liban quand on déguste cette excellente cuisine, le travail dans l’assiette, le service souriant et affable, le rapport qualité/prix/étonnement, l’effet cosy de la petite salle

Ce que j’ai le moins aimé : un peu lent mais c’est le prix à payer pour avoir une cuisine fraîche faite en dernière minute

Mon conseil : réservez avant d’y aller parce qu’il est déjà victime de son succès ! Pour les gourmands, misez sur la formule « Dégustation » !

Publicités

Le Bistrot de Maëlle et Augustin, 75007

Pour célébrer ce dernier pont du mois de mai, je vous emmène Avenue Duquesne, dans le 7ème arrondissement, dans le bistrot de Maëlle et Augustin qui propose une cuisine faite maison à base de bons produits frais.img_6891

La carte, comme les serviettes, vous accueillent avec une écriture et un ton enfantins vous proposant 3 sections :

  • « Entrées c’est ouvert… » : des entrées entre 12 et 16 euros

Pour commencer, j’ai craqué pour le saumon mariné avec des pommes Granny Smith et de la ciboule chinoise, une assiette jolie et délicieuse qui marie goûts et textures pour un bon démarrage de repas !img_6893

  • « A plats ventres… » : des plats entre 18 et 28 euros

Dans cette section, j’ai d’abord dégusté la pluma ibérique laquée façon thaï, parfaitement cuite et servie avec d’excellents légumes oubliés rôtis et assaisonnés de façon à sublimer ce plat !  img_6896

J’ai eu l’occasion de goûter également au tataki de thon rouge au pavot servi avec des asperges, de la salade d’herbes fraîches aux algues wakamé et agrumes, un plat léger où les différentes saveurs s’allient pour titiller vos papilles.img_6897

  • « T’as pas fini ton plat, pas de desserts… » , eh oui 🙂 : des desserts entre 9 et 12 euros

Il y avait bien des desserts plutôt classiques au menu : le moelleux au chocolat noir, le cheesecake mangue/gingembre/citronnelle, les beignets de pommes, le biscuit au chocolat, bourbon et praliné…

Mais il y avait surtout un dessert atypique qui a attiré mon attention : la butternut rôtie (oui, la courge butternut, un légume dans un dessert), crème café et crumble au thym. Evidemment, quand je lis « thym », mon côté libanais s’enflamme et je commande, même si, à la lecture, le mélange semble tout de même étrange et que, à la question « me le recommandez-vous? », le serveur m’a répondu : « en général, on l’adore ou on le déteste » 🙂

Le look ? Regardez ci-dessous :img_6898

Le goût ? Je crois que j’ai rarement été aussi agréablement surprise. Je ne saurais trouver les mots pour vous décrire le plaisir que j’ai eu à déguster ce dessert atypique et délicieux qui mélange croquant du crumble, moelleux de la butternut, fraîcheur et légère acidité de la crème au-dessus, amertume du thym et gourmandise de graines grillées. J’avoue tout de même que l’originalité de ce dessert peut ne pas plaire à tout le monde ; perso, j’ai été SÉDUITE !

Ce que j’ai préféré : le cadre cosy et convivial, le service dynamique et sympathique, la fraîcheur des produits et, bien sûr, le côté bistronomique et recherché de la cuisine

Ce que j’ai le moins aimé : des prix un peu élevés (une moyenne de 45/50 euros pour entrée/plat/dessert) mais la qualité est au rendez-vous avec une carte 100% faite maison

Mon conseil : avec les beaux jours qui arrivent, laissez-vous tenter par la petite terrasse, même si elle donne sur rue

Le Vitis, Paris 15

Amateurs de cuisine traditionnelle revisitée, c’est en plein cœur du quartier Montparnasse, rue Falguière, que vous serez comblés.

A première vue, un tout petit bistrot qui ne paie pas de mine. En fait, c’est un petit écrin tenu par les frères Delacourcelle, anciennement aux commandes du Pré-Verre. Ici, le chef mélange terroir, épices et exotisme pour ravir vos papilles ;  vous pourrez aussi explorer la grande cave à vins pour choisir celui qui accompagnera votre repas. Vous pourrez même acheter à emporter des vins ou des produits concoctés par le chef.

Qu’est ce qu’on vous propose dans l’assiette ? Pas de menu papier, juste une ardoise concise qui change au fil du temps avec :

  • des entrées à 11 euros
  • des plats à 23 euros
  • des desserts à 9 euros
  • une sélection de fromages à 12 euros
  • un menu à 37 euros avec entrée, plat et dessert de la sélection ci-dessus
  • une formule déjeuner à 17, 50 euros incluant entrée/plat/verre de vin/café

En entrée, j’ai eu l’occasion de tester :

  • la soupe de sarrasin au soja, un bon démarrage en douce du repas sur une touche légère, onctueuse, originale et pleine de saveurs
  • l’hure de cochon aux dattes, servie tiède, bien épicée, une entrée riche et généreuse pour les gourmands ; je la recommande à partager

En plat, j’ai opté pour le délicieux onglet de bœuf au satay, une viande cuite à la perfection et une sauce aux cacahuètes relevée comme il faut, ni trop ni pas assez. L’accompagnement quand a lui était « light », bon mais moins gourmand que le reste 🙂 Avec cette excellente viande, j’aurais préféré des frites ou des pommes grenailles 😉 L’avantage, c’est que ça m’a laissé de la place pour les desserts !

img_6145

Pour finir en beauté, en dessert, j’ai opté pour :

  • le cheesecake avec son coulis de cassis, léger sur le dessus, craquant sur le dessous, un dessert frais pour terminer le repas en beauté
  • la truffade de chocolat noir que je recommande vivement aux amateurs de bon chocolat. Petit point d’attention : elle nous a été servie un peu trop froide donc, pour bien ressentir les saveurs, il faut laisser le chocolat fondre en bouche afin que les arômes de chocolat explosent

Bref, j’ai passé un moment très agréable dans un cadre sans chichis où le chef échange avec vous de sa cuisine ouverte pendant que vous dégustez des plats travaillés, dans la forme et dans le goût avec des mélanges de saveurs atypiques.

Sachez que ce restaurant cache également une salle privatisable à la cave où vous pourrez être jusqu’à 16 personnes pour profiter d’une bonne cuisine entourés de belles bouteilles de vins.

Ce que j’ai préféré : le cadre simple, le service agréable, le rapport qualité/prix des menus et surtout le mélange terroir/exostime

Ce que j’ai le moins aimé : rien à dire ! 🙂

Mon conseil : y aller et se laisser tenter ! Attention, le restaurant est fermé dimanche et lundi

La Cantine de Quentin, 75017

C’est rue Fourcroy, à quelques pas de la place des Ternes, que se niche La Cantine de Quentin, un tout petit bistrot / épicerie que j’ai découvert dernièrement.

Ouvert du lundi au vendredi à midi et uniquement les soirs de mercredi à vendredi, il propose un menu du jour (entrée et plat du jour) à 18 euros ou, à la carte :

  • des entrées entre 8 et 15 euros
  • des plats entre 16 et 21 euros
  • des desserts à 8.5 euros, également disponibles en version demi-desserts à 4.5 euros (sauf glaces), version idéale pour les gourmands déjà repus 🙂

En entrée, j’ai pu tester :

  • l’entrée du jour, les œufs mimosas, une entrée classique et bonne
  • le mille-feuilles betteraves, rillettes de thon, bouquets d’herbes et combawa, une assiette belle aux saveurs fraîches et surprenantes
  • le foie gras de canard entier mi-cuit avec son confit d’oignons, un classique très bien préparé

En plat, je vous présente d’abord mon coup de cœur : le risotto wasabi citronné, poulet, miel, soja, coriandre et cacahuètes, un mix qui m’a d’abord intriguée sur papier et que j’ai donc commandé. Dès son arrivée, cette assiette pleine de couleurs a su ravir mes yeux et dès la première bouchée, ce mélange asiatique a conquis mes papilles ; je vous garantis que je n’ai pas laissé un grain de riz dans l’assiette !

img_5994

J’ai aussi pu goûter aux plats de mes collègues :

  • les belles gambas croustillantes servies avec une délicieuse purée de pannais, beurre citron et betterave crue
  • le plat du jour avec sauce coco, une assiette belle et bonne mais beaucoup moins étonnante que les 2 autres

Enfin, en dessert, nous avons commandé :

  • la tarte au citron déstructurée en demi-version, une réussite où le citron, le biscuit et la meringue se marient très bien
  • le sorbet à la fraise fait maison
  • la salade de fruits frais exotiques en demi-version, un dessert léger et frais pour terminer le repas sans remords
  • le croustillant praliné, chocolat et crème anglaise, à tester impérativement si vous êtes amateurs de chocolat !

Ce que j’ai préféré : les produits frais, la cuisine originale et exotique, le cadre convivial et le rapport qualité/prix (une trentaine d’euros par personne)

Ce que j’ai le moins aimé : le fait qu’il ferme le week-end 😦 et le plat du jour qui ne m’a pas fait le même effet Waouh du reste du repas

Mon conseil : y aller et se laisser tenter sans avoir peur des mélanges atypiques 🙂

Le Carnet Gourmand de Marielle fête ses 2 ans

Chères Lectrices, Chers Lecteurs,

Voilà 2 ans que mon blog est né, 2 ans où je me fais plaisir à partager avec vous les adresses qui m’ont régalée.

A cette occasion, je vous propose un petit récapitulatif de mes découvertes des 12 derniers mois.

Commençons par les adresses à Paris :

Les bonnes adresses à petits prix (20-30 euros): 

Les adresses à budget moyen (30-50 euros) qui valent le détour :

Un étoilé :

Ces derniers mois, j’ai également eu l’occasion de sortir de Paris pour découvrir de bonnes adresses…

…d’abord dans le Lot et Garonne…

…puis à Chantilly…

…et enfin, un peu plus loin, au Liban…

Cette année, j’ai également partagé des articles hors catégories pour vous faire découvrir :

Un an, 28 adresses ! Mais aussi plus de 2500 followers sur Instagram (@carnetgourmanddemarielle), Facebook (Carnet Gourmand de Marielle) et Pinterest (@CarnetGourmandDeMarielle) !

Merci à tous ceux qui me suivent et à bientôt pour de nouvelles adresses !

Gourmandisement vôtre,

Marielle

Circonstances, Paris 2

A quelques pas des Grands Boulevards, j’ai déniché un petit trésor, une adresse où la cuisine ouverte vous accueille à l’entrée pour vous mettre l’eau à la bouche avant de vous présenter une jolie salle à la décoration mi-loft moderne mi- vintage.

La carte ? Datée du jour, elle propose des plats faits maison à base de produits frais de saison, à travers :

  • une formule à 31 euros pour entrée/plat ou plat/dessert
  • une formule à 37 euros pour entrée/plat/dessert
  • une proposition secrète en 6 étapes à 45 euros

Pour ma part, j’ai opté pour la formule en 3 temps mais, avant, nous avons eu droit à la fameuse terrine du chef, présentée dans son moule avec un bocal de cornichons, une excellente mise en bouche !

img_5974En entrée, j’ai eu l’occasion de tester :

  • l’avocat, crabe, mayo avec ses pommes pailles, une entrée fraîche, délicieusement assaisonnée
  • les ravioles de crevettes « menthe et coriandre » avec son émulsion au lait de coco, une explosion de saveurs en bouche histoire de bien titiller le palais

En plats, j’ai pu découvrir :

  • les noix de St-Jacques à la plancha avec du chou-fleur cru et cuit, un plat aussi beau que bon, une excellente surprise en bouche pour moi qui ne suis pas forcément fan de chou-fleur
  • les piccata de veau rôties avec ses carottes fondantes et asperges vertes crues et cuites, du croustillant et du fondant qui se marient bien pour créer une assiette gourmande et délicieuse

Pour terminer, j’ai opté pour le magnifique « citron comme une tarte en verrine », une belle coupe dans laquelle textures et saveurs se sont alliées pour une fin de repas en beauté : un goût citronné juste comme il faut, un biscuit et une meringue concassées au bon dosage, bref, un alliage très réussi !

img_5981

Ce que j’ai préféré : la qualité des produits, le mariage des saveurs, la cuisine ouverte pour observer le spectacle de transformation, le cadre et le service

Ce que j’ai le moins aimé : le restaurant ferme les week-ends ainsi que lundi et mardi soir 😦 mais il est privatisable pour ceux qui désirent y faire célébrer un événement

Mon conseil : Le tester c’est l’adopter alors choisissez vite une date et réservez votre table !

Founti Agadir, Paris 5

Pour ce premier article de 2018 et comme nous sommes encore en janvier, je tiens d’abord à souhaiter à toutes les lectrices et tous les lecteurs du Carnet Gourmand de Marielle, une excellente année pleine de bonheur, santé et GOURMANDISE ! 🙂

Aujourd’hui, c’est en plein cœur du 5ème arrondissement que je vous emmène, dans un excellent restaurant qui propose une délicieuse cuisine marocaine faite maison. C’est dans un cadre oriental avec la musique discrète qui va avec, que vous ferez, le temps d’un dîner, un petit voyage culinaire ensoleillé.

A la carte ?

  • des entrées entre 6 et 8 euros
  • des couscous entre 13 et 19 euros
  • des tagines et des plats entre 15 et 18 euros
  • des desserts entre 6 et 8 euros

Le restaurant propose aussi un menu à 27 euros incluant une pastilla au poulet, un tagine « Agneau, raisins, oignons confits et amandes », une sélection de 2 pâtisseries marocaines et un thé à la menthe fraîche

Personnellement, quand j’y vais, j’ai un faible pour :

  • la pastilla au poulet en entrée, mon péché mignon au Founti Agadir : une pâte feuilletée farcie de poulet, de confit d’oignons sucré, d’amandes et de cannelle, un mélange sucré / salé qui sait ravir à chaque fois les papilles de la gourmande que je suis ! 🙂
  • la sélection de feuilletés de briouates, au fromage de Chèvre, au kefta aux fines herbes, aux crevettes épicées ou aux légumes, une entrée variée pour vous mettre en appétit

En plat, en fonction des jours, je commande un tagine ou un couscous. Dans cet article, j’ai choisi de faire un zoom sur le « Couscous Founti », un couscous riche à 19 euros avec agneau, boulettes et merguez, une portion généreuse que je n’ai jamais pu terminer !

Pourquoi le zoom sur le couscous ? D’abord pour la semoule extrêmement fine, je n’en ai jamais vu d’aussi fine et délicate :). Ensuite, pour la sauce bien assaisonnée et les légumes fondants. Enfin, pour la qualité de la viande tendre et délicieuse. Bref, un plat exquis en n’importe quelle saison.

Pour terminer, je vous recommande vivement la salade d’oranges parfumée à la cannelle et à la fleur d’oranger, un dessert frais et léger pour terminer sur une note sucrée sans trop culpabiliser.

Pour les plus gourmands qui ont encore de l’appétit au moment du dessert, les pâtisseries marocaines sont également très bonnes ! (oui, il m’est arrivé d’avoir le souffle d’en déguster en fin de repas :))

Ce que j’ai préféré : le cadre, le service attentionné, l’excellent rapport qualité/prix (30/35 euros pour entrée/plat/dessert), le mélange de saveurs et la finesse des plats

Ce que j’ai le moins aimé : parfois, victime de son succès, quand le restaurant est plein, le service peut être un peu lent mais l’attente vaut le coup !

Mon conseil : Amateurs de cuisine marocaine, réservez vite votre table parce que ce restaurant est souvent plein à craquer, surtout en week-end ! Attention, le restaurant est fermé le lundi.

Santa Carne, Paris 4

Amateurs de viande, cet article est pour vous, vegan s’abstenir ! 🙂

C’est à la frontière entre le 4ème et le 11ème arrondissement, à quelques pas de la place de La Bastille et de la place des Vosges, que j’ai découvert cet excellent restaurant argentin au cadre chaleureux avec ses jolies pierres apparentes du vieux Paris.

La carte ?

  • des entrées entre 9.5 et 13 euros que je n’ai malheureusement pas testées privilégiant la viande et les desserts 🙂
  • une section « La parilla – charbon de bois » proposant ris de veau, boudin noir, rognons de veau et saucisse argentine (entre 9 et 17 euros)
  • des pièces de viande dont le prix varie selon le poids et le type entre 20 et 49  euros, vous en saurez plus ci-dessous
  • deux salades à 18 euros pour les non carnivores
  • et des desserts à 8/9 euros

La carte précise bien :  » Les plats ne se partagent pas « . En gros, vous assumez l’assiette que vous choisissez et vous avez le choix !

Pour vous présenter les plats, rien de tel que de commencer par la fameuse Assiette du chef à 38 euros : 400 grammes en 3 morceaux, Lomo, Noix et Faux filet, grillés au charbon de bois, le tout servi avec de délicieuses pommes de terre grenailles rôties au four et une salade bien assaisonnée. On vous sert également 3 sauces pour y tremper vos bouchées : une sauce au poivre, une au fromage et une sauce chimichurri (ma préférée :)). Mais revenons à la viande, elle est tellement tendre qu’on n’a besoin d’aucun effort pour la couper et découvrir un cœur cuit à la perfection ! Si chaque bouchée est un plaisir à part entière, l’assiette quant à elle, est si généreuse qu’il faut du souffle pour la terminer 🙂

img_4485

Je vous conseille aussi vivement le filet de bœuf, disponible en version  250 g (36 euros) ou 500g (65 euros). J’avoue que j’étais bien calée après les 250g, une viande toujours aussi parfaite, cuisson réussie et émerveillement des papilles assurés !

img_4486

Malgré la satiété, je ne pouvais pas partir sans une touche sucrée, j’ai donc choisi :

  • le fondant au chocolat, un gâteau moelleux au chocolat servi avec de la glace à la vanille
  • le « black orgasm…delicioso », des profiteroles en pâte feuilletée fourrées au chocolat

Des desserts bons mais sans plus, n’égalant malheureusement pas la qualité des plats.

Bref, un restaurant où je retournerai sûrement pour sa viande ! 🙂

Ce que j’ai préféré : le cadre agréable, l’accueil et, bien sûr, la VIANDE !

Ce que j’ai le moins aimé : les desserts et, surtout, le visuel avec la crème anglaise et le caramel, qui font « négligé » et ne sont pas nécessaires

Mon conseil : Amateurs de viande, ne ratez pas cette adresse et misez tout sur le plat principal !

Les bûches de Laurent Duchêne, Noël 2017

C’est bientôt NOËL ! J’adore cette période festive où toutes les rues sont décorées, le monde s’affaire pour préparer les réveillons et, surtout, démarre ses régimes pour profiter des repas de fêtes et des bûches de Noël ! 🙂

En parlant de bûches, j’ai eu l’occasion de découvrir certaines créations de Laurent Duchêne. Cette année, il prévoit 5 saveurs originales avec une présentation à couper le souffle !

Laissez-moi d’abord vous présenter les 3 que j’ai eu l’occasion de déguster :

img_4261

Ma préférée ? La bûche FRAÎCHEUR : un biscuit à la vanille enrobant une délicieuse gelée exotique à la mangue avec un soupçon de passion et de citron vert et un confit bien dosé mangue/banane/passion, le tout enrobé de mousse à la vanille. Une bûche légère et fraîche, parfaite pour une fin de repas de Noël et, de surcroît, sans gluten !

img_4259

Mon deuxième choix : La bûche CARAMELIA, un biscuit cacao aux éclats d’amandes et de noisettes caramélisées avec un insert crème brûlée au caramel, je la conseille vivement aux amateurs de chocolat et de sucre (elle est bien sucrée) même si elle risque d’être un peu lourde à la fin du repas. Mais, qui a dit qu’on ne mange des bûches qu’à la fin du repas ? 🙂 Gardez-la pour le petit-déjeuner du lendemain si vous n’avez plus faim 🙂

img_4257

Last but not least : La bûche TURINO ! Amateurs de marron, vous avez trouvé votre bûche : un biscuit au éclats de noisettes caramélisés, une crème aux marrons sublimée par une émulsion praliné-mandarine et un confit miel-agrumes, une acidité qui se marie bien avec la crème aux marrons.

img_4256

Finalement, vous trouverez ci-dessous les 2 autres bûches que je n’ai malheureusement pas testées :

  • La bûche Nuage aux fruits rouges où se mélangent pistaches, citron, fraise, framboise et cassis, une bûche qui devrait plaire aux amateurs de fruits rouges
  • et LA BÛCHE SOUS-BOIS, la création la plus originale de Laurent Duchêne, 4 jolis champignons qui donnent envie d’être dévorés : à l’intérieur, une crème au chocolat noir de Tanzanie 75%, de la gelée de cerise griotte et une crème chantilly à la vanille de Madagascar puis, sous les chapeaux, une mousse au chocolat noir de Tanzanie 75% et des grains fins de streusel amande. La mousse, elle n’est autre qu’un biscuit à l’amande. Bref, je pense qu’elle plaira aux amateurs de chocolat noir. Perso, à la description, j’ai une envie folle de la goûter ! 🙂

En bref, après les pâtisseries, viennoiseries et chocolats de Laurent Duchêne, on ne peut qu’approuver ses bûches 2017.

En attendant les prochains articles, je vous souhaite de bons préparatifs pour un Joyeux Noël et d’excellentes fêtes de fin d’année !

La Fabrique Cookies, Paris

Avez-vous déjà testé les cookies de La Fabrique ?

Pour ma part, c’est un dimanche pluvieux après-midi que j’ai découvert ces délicieux cookies, frais et réalisés de façon artisanale.

La devise de La Fabrique ? Se procurer des ingrédients de qualité au plus près du producteur et vendre des produis frais.

Au choix, plusieurs saveurs, des plus classiques aux plus originales !

Le prix ? 2 euros l’unité, 12 euros la boîte de 8 et 15 euros la boîte de 12.

La bonne nouvelle ? Si vous n’avez pas envie de vous déplacer pour aller en chercher, vous pouvez passer soit par leur service livraison (mais les saveurs ne sont proposées que par 3) soit par l’intermédiaire des applications de livraison de repas à domicile (proposition à l’unité) et les cookies viendront à vous !

La veille d’un lundi et la pluie aidant, j’ai testé 5 saveurs 🙂 Bon, j’avoue, j’ai partagé, d’abord pour l’esprit de partage ensuite pour les calories 😉

Adepte du chocolat comme vous devez le savoir depuis le temps, j’ai d’abord testé le cookie chocolat noir et le cookie chocolat au lait, des classiques mi-craquants mi-moelleux comme je les aime.

Ensuite, je me suis attaquée aux autres cookies:

  • Caramel beurre salé, plaira aux amateurs de cette saveur. A mon goût un peu trop salé pour un cookie mais je ne suis pas une référence pour le coup, je ne suis en général pas fan du caramel beurre salé qui m’écœure rapidement 🙂
  • Chocolat blanc / thé vert, super original et allant très bien avec un bon thé l’après-midi, le côté beurré du chocolat blanc se mariant avec le côté plus amer du thé vert
  • Praline rose de Valence et là je dis Chapeau ! Déjà que la praline j’adore mais alors dans ce cookie je vote POUR !

Bref, amateurs de cookies, je vous conseille vivement de les tester, vous verrez ils sont moelleux sans être lourds et ils passent super bien au petit-déjeuner comme au goûter.

Attention attention ! Ils commencent déjà à être présents dans les cantines d’entreprise (j’en ai déjà acheté à ma cantine) et ils s’envolent vers la grande distribution avec, pour le moment, toujours le gage de l’artisanat et de la fraîcheur. Espérons qu’ils maintiendront la qualité de leur excellente production pour que nous puissions continuer à apprécier leurs délicieux cookies !